environ) (fig. Mais faune, flore, paysages et architecture agrémentent aussi, et surtout, la richesse de la région Bretagne qui attire le tourisme en toute saison. L’implantation des enclos, dans cette zone, semble avoir mis à profit l’organisation naturelle de ce paysage puisque, à chaque bande de terre correspond un enclos situé soit au centre à mi-pente (entre 30 et 40 m d’altitude), soit au sommet entre les sources des cours d’eau. Resituer ces dépôts dans le paysage apparaît pourtant fondamental dans la recherche actuelle, et devrait permettre de mieux comprendre ce phénomène dont la fonction divise encore la communauté des archéologues, même si l’hypothèse de dépôt rituel est largement privilégiée aujourd’hui. 47Enfin, il est évident que la portion basse de la côte léonarde, avec ses multiples indentations formant autant d’abris potentiels, a fourni des possibilités d’échouage pour les navires antiques et pré-romains et que, dès lors, elle peut être considérée comme une zone de contacts privilégiés, ce dont témoignent divers vestiges archéologiques évoqués supra. Fitzpatrick S. M., Anderson A., 2008. Réflexions sur le monde des morts et le monde des vivants, Rennes, Les Dossiers du CeRAA (Centre Régional d’Archéologie d’Alet), n° AB, 172 p. —, 2008. est marqué par une évolution climatique et des transformations du paysage, notamment le trait de côte qui est soumis à des variations parfois importantes (Giot, 1990). Coastal dunes in Brittany and their management. Archéologie du paysage agraire armoricain, éd. K erlaz est une commune du département du Finistère en Bretagne. : dont 231 datent de l’Âge du Fer, 15 seulement de l’Âge du Bronze final et 9 du début de l’époque gallo-romaine (tableau 1). 1 B et C) paraissent globalement comparables et quantitativement suffisantes pour tenter une analyse plus approfondie en terme d’évolution, des décalages très importants sont à souligner : les données disponibles pour l’Âge du Bronze concernent principalement le domaine funéraire et les dépôts d’objets, mais les habitats et les zones de travail demeurent méconnus pour l’instant. M.-Y. Une dizaine de dépôts ou objets isolés métalliques de l’horizon de l’épée en langue de carpe datés de la fin du Bronze final sont par contre inventoriés dans le plateau littoral du Bas-Léon. Reconstitutions paléo-paysagères, thèse de doctorat « Archéologie et Archéosciences », Université de Rennes 1, 763 p. Gebhardt A., 1989. Daire), The Kernizan enclosure (Plouguin), view from the air (cl. En revanche, les vestiges organiques non brûlés sont largement absents du niveau archéologique qui affleure sous la pelouse littorale, peu propice à leur conservation ; en effet, les analyses sédimentologiques ont souligné que l’acidification des sols autour du site est un phénomène lié à l’anthropisation de l’environnement, antérieur probablement à l’Âge du Fer (Gebhardt, 1989). Quelques observations d’archéologie du paysage en Finistère, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome CVIII, p. 17-25. Qu'elles peuvent être les solutions possibles ? n.è., qui devaient au moins pour une part d’entre eux emprunter des voies maritimes de circulation. Le sud de la Bretagne, composée par les plages du Morbihan et du Finistère sud, offre de belles étendues de sable. M.-Y. Ce territoire du Léon possède en outre un réseau hydrographique au maillage très serré (Hallégouët, 1971). 2A). Île d’Yoc’h en Landunvez (Finistère), rapport d’étude sédimentologique, Rapport reprographié, UPR 403 du CNRS, Rennes, 13 p. Giot P.-R., 1982. L’environnement anthropisé, dans Giot P.-R., Briard J., Pape L. 40Dans le domaine funéraire, de nombreuses stèles (160 dans le secteur considéré) ont appartenu à des nécropoles comme celle de Pembrat-Vihan à Lannilis, majoritairement datées des ve-ive siècles av. au milieu du ier siècle de n.è. Le Pennec S. 2007. Inscriptions et Belles Lettres, coll. Toutefois, de manière générale, leur situation dans le paysage est moins affirmée que pour les sites funéraires, et la prise en compte du relief, bien qu’importante, ne semble pas avoir été le seul élément déterminant de leur implantation. « Histoire », 144 p. Morzadec-Kerfourn M.-T., 1974. P.-R. Giot, document Archéosciences lab, Rennes 1 University). Cette présentation conduit à esquisser un schéma d’évolution chronologique, spatiale et culturelle des peuplements et des paysages ; au-delà de certaines limites, cette synthèse permet de proposer un nouvel éclairage sur des dynamiques et des processus encore peu abordés jusqu’ici dans la région et susceptibles d’être approfondis à travers de nouvelles démarches géoarchéologiques. Les flèches de galets de Bretagne : morphodynamiques passée, présente et prévisible, Thèse de doctorat en géographie physique, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 558 p. —, 2011. 39La conquête romaine ne semble pas avoir eu de retombées immédiates sur les habitats côtiers de ce secteur géographique, relativement « périphériques » par rapport à des centres urbains tels que Kérilien à Plouneventer, dans la mesure où les traditions architecturales et artisanales semblent s’être poursuivies jusqu’à une date avancée dans le ier siècle de n.è. 32L’élevage de caprinés est probable sur ces îles, comme c’est souvent le cas sur les côtes de l’ouest de la Gaule (Baudry, 2005). Ils sont également nombreux sur les replats de pente qui représentent par ailleurs plus de la moitié du relief relatif de la zone. Composée de 4 départements, la Bretagne offre un littoral varié.L’équipe de plages.tv vous propose de découvrir les plages de Bretagne à travers les différentes stations balnéaires que nous avons visitées.. 57Concernant les dépôts métalliques, les zones humides ont assez peu servi de réceptacle pour accueillir cette pratique dans ce plateau littoral, contrairement à certains cours d’eau bretons comme la Vilaine dans laquelle plusieurs objets de l’Âge du Bronze ont été dragués. 66Le chêne qui est à la base des forêts exploitées est une essence qui rejette de souche très facilement. Ils témoignent notamment de la réalité de l’axe Atlantique, de la péninsule ibérique à l’Écosse, et des échanges culturels et commerciaux entre ces provinces reliées par la mer. Transformations spatio-temporelles de la végétation du nord-ouest de la France depuis la fin de la dernière glaciation. Actes du 14e Congrès International de l’EAA (European Association of Archaeologists), Malte, sept. 2008. et au Ier siècle de n.è. 76Au cours des premières phases de l’Âge du Bronze, le peuplement de ce territoire est certainement conditionné par un environnement largement dominé par le milieu forestier, y compris sur la bande côtière. Daire M.-Y., Quesnel L., 2008. 5) dominant la rive sud de l’Aber Ildut livre un remarquable exemple d’enclos de type protohistorique à multiples fossés concentriques dont le tracé a été partiellement préservé au fil des millénaires dans la structure du paysage bocager, avec une partie du système de talus-fossé intégré dans une limite de champ et respecté par la voirie. En témoigne le marégraphe de Brest, qui enregistre le niveau de la mer depuis 1711 dans le Finistère. n.è., a libéré de larges estrans sableux, peu ou pas exploités (à l’évidence) au cours des siècles précédents et que l’homme va pouvoir mettre à profit (Giot, 1990). 69Les analyses anthracologiques réalisées sur les charbons de bois provenant du hameau de l’île d’Yoc’h montrent la présence d’espèces héliophiles susceptibles d’être rencontrées dans les landes, espèces utilisées préférentiellement pour le fonctionnement des foyers domestiques et/ou artisanaux, tandis que de grosses branches ou des troncs de chêne ont été plutôt sélectionnées comme bois d’œuvre (Marguerie, 1992), témoignant ainsi d’une gestion raisonnée des ressources ligneuses et végétales. 31Sur le plan quantitatif, d’après le nombre de bâtiments reconnus et l’importance du mobilier recueilli, on peut imaginer que dans les deux cas ce sont quelques « familles » (une trentaine de personnes au maximum de manière synchrone) qui ont pu vivre sur ces territoires plus étendus qu’aujourd’hui, en pratiquant des activités diversifiées. Figure 2 : Largeur moyenne des cernes de croissance des charbons de chêne (A) et nombre de taxons trouvés dans les foyers domestiques (B) des sites archéologiques du Néolithique à l’Âge du Fer en Armorique /Average width of growth rings from oak charcoals (A) and number of taxa found in domestic fireplaces (B) of archaeological sites from the Neolithic to the Iron Age in Armorica, (d’après D. Marguerie et J.-Y. 11, n° 95, p. 417-430. Ceci se traduit à la fin de l’Âge du Bronze par le fait que les dépôts « atlantiques » regroupent des productions locales et des importations. 16Les sites archéologiques armoricains de l’Âge du Fer, sur lesquels des données sur l’état de la végétation ont été obtenues, sont en très grande majorité des habitats. An archaeology of coastal salt industry: the inescapable part of experiments, dans Gheorghiu D., Wieken J., Zimmerman E., Experimenting the past. Les monuments funéraires et les dépôts métalliques dans le paysage rituel de l’Âge du Bronze : l’exemple du centre-ouest de la Bretagne et du Finistère littoral (France), thèse de doctorat « Archéologie et Archéosciences », Université de Rennes 1, 621 p. et un Cédérom. « Patrimoine Archéologique de Bretagne », p. 10-11. Le site de Mez Notariou à Ouessant1 (Le Bihan et Villard, 2007) montre, pour la fin de l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer, un paysage insulaire déboisé à landes à genêts et ajoncs (Marguerie, 1992). Figure 4 : Cartographie des enclos ‘protohistoriques’ autour de l’aber Ildut (d’après Arbousse-Bastide, inédit, DAO L. Quesnel)/Mapping of the ‘protohistoric’ type enclosures around the Aber Ildut (after, Arbousse-Bastide, unpublished, DAO L. Quesnel). Lettres connues et inconnues Entrez les lettres connues dans l'ordre et remplacez les lettres inconnues par un espace, un point, une virgule ou une étoile. Le Finistère, Paris, (2nde éd. Archéosciences, Université de Rennes 1)/Excavation trench in the rampart of Guennoc island (notethe presence of a broken millstone) (cl. Le Léon. Un tombolo reliant l’île à la pointe d’Argenton est encore dénommé « Le Pont de l’île » ; en effet, il s’agit bien d’un territoire récemment insularisé, mais qui, à la fin de l’Âge du Fer, n’était encore qu’une presqu’île. Les mégalithes de l’arrondissement de Brest, Coll. Daire). n.è., montrant deux phases nettement différenciées : 82– une première phase où, au sein d’un paysage encore largement boisé, des habitats dispersés et probablement assez peu nombreux appartiennent à une société encore fortement hiérarchisée qui exploite notamment les ressources métallurgiques du secteur ; 83– une seconde phase marquée par un peuplement au maillage très dense, composé à la fois d’agriculteurs et d’éleveurs tirant encore des ressources complémentaires des massifs forestiers discontinus qui les entourent, mais aussi de communautés d’artisans de plus en plus spécialisés qui s’installent en nombre croissant sur la côte, afin d’en exploiter les ressources naturelles (sel, pêche, coquillages, etc.) Simultanément, les données archéologiques sont très inégales, dans la mesure où la majorité des sites ne sont connus que par prospection ou inventaire, avec des degrés d’imprécision inhérents aux types de vestiges considérés. L’évolution des massifs dunaires du pays de Léon, Penn ar Bed, vol. Ce potentiel a dû fortement contribuer à attirer des implantations humaines à des périodes où l’économie est tournée vers les échanges et les contacts. Chouquer G., 2003. Il apparaît difficile d’établir des correspondances dans le temps entre les sites et de définir exactement lesquels sont contemporains. en chemin, faites une pause au sémaphore où l'exposition interactive vous retracera l'histoire de ce lieu, du sauvetage en mer et le naufrage du Drummond Castle (1896). Deux dépôts de hache à douille de type armoricain sont également répertoriés dans le plateau littoral du Bas-Léon. Solutions pour fleuve breton en 4 à 5 lettres pour vos grilles de mots croisés et mots fléchés dans le dictionnaire Fleuve côtier en 3 lettres. Arbousse-Bastide T., 2000. n.è., révélatrices de la densité d’une population dont les cimetières nous sont très mal connus, ces stèles étant généralement déconnectées de leurs contextes archéologique d’origine. Par rapport à une topographie dont l’altitude maximale est localement de 75 m NGF, les enclos sont implantés à des paliers dont les altitudes varient de 25 à 35 m et de 65 à 70 m NGF, tandis que la moyenne des sites se trouve entre 40 et 60 m NGF. n.è. ; de plus la découverte de nombreuses fusaïoles témoigne d’une activité de filage de fibres qui peuvent aussi bien être d’origine animale que végétale. Il semble compléter les activités de cueillette et de pêche des invertébrés et vertébrés marins (coquillages, crustacés, poissons, etc.) Vous trouverez sur cette page les mots correspondants à la définition « Paysage côtier du Finistère » pour des mots fléchés. 16 déc. —, 1990. Découvrez les bonnes réponses, synonymes et autres types d'aide pour résoudre chaque puzzle adj. 1C) n’ont donc qu’une valeur documentaire assez générale. Il tient son nom de 'od' et c'est d'après lui qu'a été nommée la petite ville de Briec-sur-Odet Daire M.-Y., 1991. Archéologie d’une île à la pointe de l’Europe : Ouessant, Tome 2 : l’Âge du Bronze, Quimper, Centre Archéologique du Finistère éd., 588 p. Lewis H., 2002. Nombre de lettres. Ce site apparaît aujourd’hui comme l’un des exemples relativement rares de résilience d’une structure très ancienne, dans ce que nous pouvons considérer comme une relique ponctuelle d’un « bocage organique ». —, 1978. n.è. Patrimoine Archéologique de Bretagne, co-éd. Les Solutions en 4 lettres pour Mots-Croisés et Mots-Fléchés, ainsi que des synonymes existants. Pour les phases anciennes et moyennes du Bronze final, aucun dépôt de l’horizon de Rosnoën, ou de Saint-Brieuc-des-Iffs n’a été découvert. Plantes littorales. —, 2004. Une nouvelle campagne de prospection aérienne en Léon, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome CXXII, p. 137-161. Le tourisme dans le Finistère est apprécié pour son littoral de 1.200 kilomètres. Ainsi, en revenant aux centaines de stèles funéraires de l’Âge du Fer présentes dans ce secteur géographique, les analyses pétrographiques montrent que certains massifs granitiques, comme celui de Saint-Renan ou encore celui de Tréganna, ont été largement privilégiés par rapport à d’autres, pour des raisons liées aux qualités mécaniques des pierres concernées, et cela indépendamment de la surface et du potentiel d’exploitation des gisements (Chauris, 1995 ; Daire, 2005). La solution à ce puzzle est constituéè de 4 lettres et commence par la lettre R Les solutions pour PAYSAGES COTIERS de mots fléchés et mots croisés. Fleuve côtier du Finistère en 5 lettres. Les pointes de flèches armoricaines du nord du Finistère. 19Outre les classiques dépouillements d’inventaires archéologiques et d’archives documentaires, des approches de terrain exploitées ici sont diversifiées : des prospections aériennes à basse altitude ont été complétées par la photo-interprétation de missions de l’IGN, permettant principalement la détection, d’une part, de pêcheries immergées (photo 1), et d’autre part, d’enclos fossoyés, en zone agricole (Daire, 1991, 1993a, 1993b) ; photo 1 : Double pêcherie de l’île d’Yoc’h à Landunvez (cl. Figure 5 : Enclos paracurviligne à fossés multiples, Kerveatous à Lampaul-Plouarzel, partiellement préservé (à gauche) (cl. Avec 272 habitants par km², la densité humaine du littoral français est supérieure à la moyenne nationale [8]. The analysis of the abundant results from multidisciplinary approaches can provide indicators of environmental and social developments, suggesting the identification of two clearly distinct phases during the period. L’évolution d’un trait côtier, exemple du rivage de la région du Golfe du Morbihan, Bulletin de l’AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles), n° 14, p. 5-14. Les sites attribués au Bronze final en particulier sont assez peu nombreux par rapport à la totalité des structures datées de l’Âge du Bronze. Dans quelle mesure l’évolution du peuplement trahit-elle des adaptations au(x) milieu(x) naturel(s) ? 61Même s’il est aujourd’hui établi que les structures d’enclos, tels que révélés par les prospections aériennes, peuvent répondre à des finalités différentes (enceintes agricoles, espaces consacrés, cimetières), ils ont en commun de répondre à la fois à une haute fonction symbolique (appropriation d’un espace par sa délimitation) et à des impératifs économiques (confinement du bétail par exemple) ou sociaux, débouchant sur une structuration du paysage. Objets en crise, objets recomposés, Études Rurales, p. 167-68. Daire M.-Y., Bizien-Jaglin C., Baudry A., à paraître. The position of experimental archaeology in the archaeological paradigm of the 21st century. LITTORAL s'emploie aussi comme nom masculin et se dit alors de l'Étendue de pays qui est au bord de la mer. Seul l’objet avait de la valeur à leurs yeux, et non sa connexion avec un lieu. Daire)/Iron Age rampart on Yoc’h island (cl. 8Les cartographies proposées ici (fig. Cette affirmation doit être fortement nuancée, car les tombes sous tumulus, et les nombreux dépôts, témoignent d’une implantation ancienne et importante dans ce secteur pendant l’Âge du Bronze. Les travaux de M.-T. Morzadec-Kerfourn (1974) sur les tourbières littorales sont révélateurs d’un environnement littoral ouvert pour l’ensemble de l’Âge du Fer. Daire) et report sur fonds cadastral (DAO L. Quesnel)/Paracurvilinear enclosure with multiple ditches, Kerveatous in Lampaul-Plouarzel, partly preserved (on the left) (cl. The Power of Rocks : Topography and Monumental Construction on Bodmin Moor, World archaeology, tome 28, n° 2, p. 161-176. Il s’agit là de tendances suggérant une forme de « planification agraire », demandant à être vérifiées et approfondies par des méthodes de filtrage mathématique ou physique appliquées à l’analyse du paysage. 34Les données disponibles relèvent principalement des modalités d’occupation (habitat et activités agricoles ou artisanales) diversement illustrées selon les périodes, mais aussi des réseaux de contacts contemporains. M.-Y. The authors provide here the review of data on the ancient populations and the coastal landscape of Bas-Léon (Finistère), during the 1st millennium BC. Giot P.-R., Batt M., Morzadec M.-T., 1982. L’impact de telles activités sur le milieu a peut-être été minimisé du fait que, pendant très longtemps, les occupations protohistoriques sur le littoral ont été considérées comme « provisoires », et l’évocation de « campements côtiers temporaires », voire éphémères, donc implicitement sans grand effet sur l’environnement, ponctue encore une littérature pas si ancienne.